CCRm : le bénéfice de survie associé à FOLFOXIRI a fait l’objet d’une nouvelle estimation

  • Cremolini C & al.
  • J Clin Oncol
  • 20 août 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association FOLFOXIRI et bévacizumab améliore la survie globale (SG), comparativement à l’association doublet de chimiothérapie et bévacizumab, dans le cadre du cancer colorectal métastatique (CCRm).

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude fournit la première estimation du bénéfice de survie et de l’amélioration de la toxicité associés au traitement par FOLFOXIRI et bévacizumab dans le cadre du CCRm.

Méthodologie

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir des données individuelles de patients inclus dans 5 essais (N = 1 697 ; 846 patients recevant le schéma FOLFOXIRI et du bévacizumab, et 851 recevant un doublet de chimiothérapie et du bévacizumab).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué. 

Principaux résultats

  • Le schéma FOLFOXIRI contient de l’irinotécan, de l’oxaliplatine, de la leucovorine et du fluorouracile.
  • La durée de suivi médiane était de 39,9 mois.
  • La SG était plus longue avec l’association FOLFOXIRI et bévacizumab, comparativement à l’association doublet de chimiothérapie et bévacizumab :
    • 28,9 mois, contre 24,5 mois.
    • Rapport de risque (RR) de 0,81 (P 
  • Avec l’association FOLFOXIRI et bévacizumab, comparativement à l’association doublet de chimiothérapie et bévacizumab :
    • Survie sans progression (SSP) plus longue :
      • Médiane de 12,2 mois, contre 9,9 mois. 
      • RR de 0,74 (P 
    • Taux de réponse objective plus élevé :
      • 64,5 %, contre 53,6 %.
      • Rapport de cotes (RC) de 1,57 (P 
    • Taux plus élevé de chirurgie secondaire à visée curative radicale :
      • 16,4 %, contre 11,8 % (P = 0,007).
  • Le traitement par FOLFOXIRI et bévacizumab était associé à un taux plus élevé de : 
    • neutropénie de grades 3/4 : 45,8 %, contre 21,5 % (P 
    • neutropénie fébrile : 6,3 %, contre 3,7 % (P = 0,019) ;
    • nausées : 5,5 %, contre 3,0 % (P = 0,016) ;
    • mucite : 5,1 %, contre 2,9 % (P = 0,024) ; 
    • diarrhée : 17,8 %, contre 8,4 % (P 
  • Le traitement par FOLFOXIRI et bévacizumab n’était pas associé à un bénéfice plus important chez les patients présentant des mutations de BRAF.

Limites

  • Analyse post-hoc.