CCRm : l’association capécitabine et bévacizumab n’a pas un bon rapport coût-efficacité

  • Sherman SK & al.
  • JAMA Oncol
  • 29 nov. 2018

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Afin d’être un traitement d’entretien du cancer colorectal métastatique (CCRm) avec un bon rapport coût-efficacité, l’association capécitabine et bévacizumab devrait être 93 % moins onéreuse.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats pourraient éclairer les décideurs et les négociations concernant les paiements.

Protocole de l’étude

  • Un modèle de Markov a été utilisé pour analyser les données de résultats issues de l’essai clinique randomisé de phase III CAIRO portant sur 558 adultes aux Pays-Bas.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Les patients ont survécu en moyenne 2,88 mois supplémentaires dans le groupe de traitement, par rapport au groupe d’observation, pour un coût supplémentaire de 105 217 $ (soit 438 394 $ par année de vie).
  • Les coûts médicamenteux par cycle étaient de 6 173,35 $ pour l’association capécitabine et bévacizumab, dont 62,05 $ pour le traitement des complications pendant l’observation et 311,99 $ pour le traitement des complications pendant le traitement d’entretien.
  • Le traitement d’entretien par capécitabine et bévacizumab a permis d’obtenir en moyenne 1,34 année de vie ajustée sur la qualité (Quality-Adjusted Life Year, QALY), contre 1,20 dans le groupe d’observation, avec un rapport coût-efficacité de 725 601 $ par QALY.
  • Afin de réduire cet impact financier pour un revenu médian par foyer de 59 039 $, le coût combiné d’un cycle de 3 semaines de capécitabine et de bévacizumab devrait passer de 6 173 $ à 452 $.

Limites

  • Ces calculs ont été établis sur la base de Medicare.
  • Les données issues d’un essai clinique peuvent ne pas refléter les résultats et les coûts en situation réelle.