CCRm : l’ajout d’erlotinib au bevacizumab permet de prolonger la SSP et la SG

  • Kaveh S & al.
  • Int J Clin Pharm
  • 4 janv. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats d’une méta-analyse suggèrent que l’ajout d’erlotinib au bevacizumab permet de prolonger la SSP et la SG chez les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique (CCRm).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les deux médicaments devraient avoir un effet synergique, car ils ciblent les voies EGFR et VEGF, mais deux des trois études incluses ont identifié un bénéfice de survie non significatif en lien avec cette association.

Protocole de l’étude

  • Méta-analyse de 3 essais (n = 682).
  • Financement : Université iranienne des sciences médicales.

Principaux résultats

  • D’après un modèle à effets fixes, l’association avait un effet positif sur la survie, comparativement au bevacizumab seul : risque relatif (RR) de 0,78 (IC à 95 % : 0,66–0,93).
  • Un modèle à effets fixes a démontré que l’association permettait d’améliorer la SSP : RR de 0,81 (IC à 95 % : 0,7–0,93).
  • Aucune différence significative n’a été identifiée entre les deux groupes au niveau de l’incidence d’asthénie (RR pour l’association : 3,6 ; IC à 95 % : 0,9–14,40) ou d’hypertension, de syndrome main-pied, de protéinurie, de nausée ou de vomissements.
  • L’association était liée à une fréquence plus élevée d’éruption cutanée (RR : 22,652 ; IC à 95 % : 5,528–92,824) et de diarrhée (RR : 8,956 ; IC à 95 % : 2,74–29,270).

Limites

  • Seules trois études ont été incluses, et toutes étaient en ouvert.