CCRm : après une première progression, il convient de changer de chimiothérapie et de maintenir le bévacizumab

  • Bennouna J & al.
  • JAMA Oncol
  • 25 oct. 2018

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique (CCRm) avec gène KRAS de type sauvage (exon 2), ayant présenté une première progression sous chimiothérapie et bevacizumab, la SSP privilégie une poursuite du bévacizumab plutôt qu’un passage au cétuximab, bien que le bénéfice ne soit pas suffisant pour être statistiquement significatif.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent qu’il est préférable de poursuivre le traitement par bévacizumab et de passer à une chimiothérapie différente chez ces patients.

Protocole de l’étude

  • 132 patients issus de 25 centres français, qui ont présenté une progression après un traitement de première intention à base de bévacizumab associé à des fluoropyrimidines et de l’irinotécan ou de l’oxaliplatine, ont été affectés de manière aléatoire dans deux bras de traitement :
    • bras A : FOLFIRI (fluorouracile et acide folinique associés à de l’irinotécan) ou FOLFOX6 modifié (fluorouracile et acide folinique associés à de l’oxaliplatine) et bévacizumab ; ou
    • bras B : FOLFIRI ou FOLFOX6 modifié et cétuximab.
  • Financement : Roche.

Principaux résultats

  • La SSP à 4 mois était plus favorable dans le bras A (80,3 % [IC à 95 % : 68,0–88,3 %] contre 66,7 % [IC à 95 % : 53,6–76,8 %]).
  • La SSP médiane était plus favorable dans le bras A (7,1 contre 5,6 mois ; RR : 0,71 ; P = 0,06).
  • La SG médiane était plus favorable dans le bras A (15,8 contre 10,4 mois ; RR : 0,69 ; P = 0,08).

Limites

  • Étude de phase II.
  • Échantillon de petite taille.