CCR : une radiothérapie concomitante prolonge la survie dans le cadre d’une maladie oligométastatique

  • Kroeze SGC & al.
  • BJU Int
  • 28 oct. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une radiothérapie stéréotaxique, en association avec des inhibiteurs de point de contrôle immunitaire ou un traitement ciblé, est sûre et ne présente aucun signe d’augmentation des toxicités graves chez les patients atteints d’un carcinome à cellules rénales (CCR) métastatique.
  • Dans le cadre de cette étude, une survie sans progression (SSP) et une survie globale (SG) favorables ont été observées chez les patients atteints d’une maladie oligométastatique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une radiothérapie locale concomitante peut repousser le changement de traitement systémique chez ces patients.

Méthodologie

  • 53 patients atteints d’un CCR métastatique ont fait l’objet d’une radiothérapie stéréotaxique associée à un traitement par inhibiteurs de point de contrôle immunitaire ou à un traitement ciblé.
  • Financement : Varian Medical Systems.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 12 mois.
  • Le délai médian jusqu’au changement de traitement systémique était de 14 mois.
  • À 1 an, le taux de contrôle local était de 75 % et le taux de SSP était de 25 %.
  • Une dose de radiothérapie plus élevée était associée à une amélioration du taux de contrôle local (corrélation de Pearson ; P = 0,0110).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SG (P = 0,329) et de la SSP (P = 0,1) entre le traitement ciblé et l’immunothérapie.
    • La présence d’une maladie oligométastatique traitée par radiothérapie stéréotaxique améliorait la SSP (rapport de risque [RR] : 0,34 ; P = 0,003)
    • et la SG (RR : 0,013 ; P = 0,004).
  • 46 % des patients ont reçu une deuxième radiothérapie pour de nouvelles lésions.
  • Une toxicité aiguë grave a été observée chez deux patients ; une toxicité tardive de grade 3 a été observée chez un patient.
  • Aucune toxicité de grade 4 ou 5 n’a été observée.

Limites

  • Méthodologie rétrospective.