CCR : un traitement de rattrapage combiné par ipilimumab et nivolumab démontre une activité antitumorale

  • Gul A & al.
  • J Clin Oncol
  • 3 juin 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association ipilimumab et nivolumab a démontré une activité antitumorale, avec une toxicité acceptable, chez les patients atteints d’un carcinome à cellules rénales (CCR) métastatique qui avaient déjà reçu un traitement par inhibition de point de contrôle.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’association ipilimumab et nivolumab pourrait constituer une option de traitement de rattrapage efficace.
  • Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de définir la durabilité de la réponse et le rapport bénéfice/risque.

Protocole de l’étude

  • 45 patients atteints d’un CCR métastatique (âge médian : 62 ans), ayant reçu un traitement préalable ciblant la voie anti-PD-1 et ayant ensuite reçu l’association ipilimumab et nivolumab, ont été inclus.
  • Critères d’évaluation : taux de réponse objective, SSP, toxicité.

Principaux résultats

  • 38 % des patients présentaient des métastases cérébrales.
  • La durée médiane de l’administration préalable d’inhibiteurs de point de contrôle immunitaire était de 13 mois.
  • La durée de suivi médiane était de 12 mois.
  • Le taux de réponse objective était de 20 %.
  • Une réponse partielle a été observée chez 20 % des patients, et une maladie stable chez 16 %.
  • La SSP médiane était de 4 mois (intervalle : 0,8–19).
  • La durée médiane de la réponse était de 7 mois (intervalle : 2–17).
  • 64 % des patients ont présenté des événements indésirables liés à l’immunité de tous grades, et 13 % de grades 3–4.

Limites

  • Étude rétrospective de petite envergure.