CCR : retarder la chirurgie pourrait réduire la survie

  • Fligor SC & al.
  • J Gastrointest Surg
  • 30 juin 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une revue des études sur le cancer colorectal (CCR), le cancer du pancréas et le cancer gastrique montre que le fait de retarder la chirurgie pourrait entraîner une réduction de la survie dans le cadre du CCR.
  • La revue n’a, cependant, révélé aucune donnée probante nette dans le cadre du cancer pancréatique ou gastrique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les reports d’interventions chirurgicales sont devenus fréquents dans le cadre des cancers gastro-intestinaux depuis le début de la pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).
  • Les résultats pourraient aider à hiérarchiser les procédures chirurgicales pendant cette période.
  • Les auteurs suggèrent que si une résection en temps opportun ne peut pas être effectuée, un traitement néoadjuvant ou d’autres traitements alternatifs doivent être envisagés.

Méthodologie

  • Une revue systématique des études sur le cancer colorectal (43), le cancer du pancréas (9) et le cancer gastrique (6) a été réalisée.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Dans le cadre du cancer du côlon primitif réséqué, un report de la chirurgie de plus de 30 à 40 jours était associé à une survie plus faible.
  • Dans le cadre du cancer rectal, un délai supérieur à 7 à 8 semaines après le traitement néoadjuvant a été associé à une survie plus faible.
  • Dans le cadre du cancer du pancréas, 2 études ont montré un lien entre un report de la chirurgie supérieur à 30 jours et une accélération inattendue de la progression.
  • Dans le cadre du cancer gastrique, aucune étude n’a pu mettre en évidence un lien entre un report de la chirurgie et la survie.

Limites

  • Toutes les études incluses dans la revue étaient rétrospectives.
  • Les données des études n’ont pas été combinées en raison d’une hétérogénéité entre les populations de patients, les méthodologies et les résultats évalués.