CCR non métastatique : l’ADN tumoral circulant prédit la récidive

  • Wang Y & al.
  • JAMA Oncol
  • 9 mai 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ADN tumoral circulant (ADNtc) post-chirurgical a détecté la récidive avant la tomodensitométrie (TDM) et les tests d’antigène carcinoembryonnaire (ACE) sérique chez les patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) non métastatique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les méthodes de détection actuelles sont insuffisantes : L’ACE manque de sensibilité et de spécificité, et la TDM peut donner des résultats non spécifiques et entraîne une exposition aux radiations.
  • Les résultats suggèrent que l’analyse de l’ADNtc pourrait compléter les stratégies de surveillance conventionnelles pour stratifier le risque de récidive.

Protocole de l’étude

  • Une étude prospective a été menée auprès de 58 patients atteints d’un CCR de stade I, II ou III et ayant fait l’objet d’une résection chirurgicale radicale. Un échantillon de sang a été prélevé 1 mois après la chirurgie et tous les 3 à 6 mois par la suite (n = 319).
  • Financement : diverses sources extérieures à l’industrie pharmaceutique.

Principaux résultats

  • 40 patients n’ont reçu aucune chimiothérapie adjuvante ; les 8 patients ayant subi une récidive présentaient un résultat positif pour l’ADNtc.
  • 45 patients ont présenté un résultat négatif pour l’ADNtc pendant toute la durée du suivi, parmi lesquels aucun n’a subi une récidive (0 %). Sur les 13 patients positifs pour l’ADNtc, 10 ont subi une récidive (77 %). La positivité de l’ADNtc est survenue dans un délai médian de 4 mois (intervalle : 2–31) avant la détection par TDM.  
  • Sur les 32 patients n’ayant pas subi une récidive, 29 (91 %) ont été négatifs pour l’ADNtc pendant un suivi médian de 49 mois. Les trois cas faux positifs pour l’ADNtc présentaient une maladie de stade II/III, et les tests ultérieurs étaient revenus à des taux d’ADNtc normaux.
  • L’ACE était positif chez 5 des 8 patients ayant subi une récidive (63 %).

Limites

  • Étude de petite envergure.