CCR métastatique : l’ajout de 5-FU/LV améliore le traitement d’entretien par panitumumab

  • Pietrantonio F & al.
  • JAMA Oncol
  • 3 juil. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de l’association 5-fluorouracile/leucovorine (5-FU/LV) à un traitement d’entretien par panitumumab permet de prolonger la SSP après un traitement d’induction à base d’oxaliplatine, chez des patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) métastatique avec RAS de type sauvage.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats mettent en lumière le traitement d’entretien optimal dirigé contre le récepteur du facteur de croissance épidermique dans cette population.

Protocole de l’étude

  • Un essai randomisé de non-infériorité de phase II a été mené auprès de 229 patients (âge médian : 64 ans ; 66,8 % d’hommes) recevant un traitement de première intention par panitumumab et FOLFOX-4 pendant 8 cycles, puis un traitement d’entretien par panitumumab avec ou sans 5-FU/LV.
  • Financement : Amgen.

Principaux résultats

  • L’ajout de 5-FU/LV au traitement d’entretien par panitumumab a amélioré de manière significative la SSP à 10 mois (59,9 % contre 49,0 %) et la SSP médiane (12,0 mois contre 9,9 mois ; test logarithmique par rangs : P = 0,006 ; rapport de risque [RR] stratifié selon le traitement adjuvant antérieur et le nombre de sites de la maladie : 1,51 ; P = 0,009).
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la SG ou du taux de contrôle de la maladie entre les deux groupes.
  • Lors de l’analyse per protocole (n = 164), l’ajout de 5-FU/LV au panitumumab a permis d’améliorer de manière significative la SSP à 10 mois (70,3 % contre 59,0 %) et la SSP médiane (14,1 mois contre 10,8 mois ; RR : 1,50 ; P = 0,04).
    • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SG.
  • Le bras avec traitement d’association présentait une incidence plus élevée de diarrhée (24,7 % contre 10,1 %), de stomatite (32,9 % contre 7,6 %), d’effets toxiques liés au panitumumab (76,5 % contre 41,8 %) et de neurotoxicité (37,2 % contre 3,1 %).

Limites

  • Protocole en ouvert.