CCR : les jeunes adultes pourraient présenter un risque plus faible qu’estimé précédemment

  • Montminy EM & al.
  • Ann Intern Med
  • 15 déc. 2020

  • Par Pavankumar Kamat
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les jeunes adultes pourraient présenter un risque plus faible de cancer colorectal (CCR) que les estimations antérieures l’ont suggéré, car les études précédentes ne faisaient pas la différence entre l’adénocarcinome colorectal et les tumeurs carcinoïdes histologiquement différentes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats soulignent l’importance d’une évaluation indépendante des sous-types histologiques de CCR.

Méthodologie

  • Dans le cadre d’une analyse rétrospective, les taux d’incidence du CCR précoce ont été évalués à partir des données du programme Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results).
  • Les données ont été stratifiées selon l’âge, le sous-type histologique et le sous-site.
  • 123 143 cas ont été identifiés chez 119 624 patients âgés de 20 à 54 ans.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Les variations les plus importantes du taux d’incidence annuel moyen sur 3 ans pour l’adénocarcinome (2000–2002, contre 2014–2016), quels que soient la tranche d’âge ou le sous-site, étaient les suivantes :
    • Cas de cancer rectal uniquement dans la tranche d’âge 20–29 ans (+39 %).
    • Cas de cancer rectal uniquement dans la tranche d’âge 30–39 ans (+39 %).
    • Cas de cancer de côlon uniquement dans la tranche d’âge 30–39 ans (+20 %).
  • Une augmentation significative du pourcentage annuel de variation a été observée pour les adénocarcinomes dans toutes les tranches d’âge, à l’exception des cas de cancer du côlon uniquement dans la tranche d’âge 20–29 ans (0,7 %) et des cas de cancer colorectal (0,2 %) et du côlon uniquement (-0,1 %) dans la tranche d’âge 50–54 ans.
  • La variation du taux d’incidence annuel moyen d’adénocarcinome du côlon uniquement chez les personnes de 40–49 ans était de 13 % ; elle était de 16 % en ce qui concerne l’adénocarcinome rectal.
  • Les tumeurs carcinoïdes étaient fréquentes. Elles représentaient environ 4–20 % de l’ensemble des cas de cancer colorectal et 8–34 % de l’ensemble des cas de cancer rectal.
  • Le taux d’incidence annuel moyen sur 3 ans pour les tumeurs carcinoïdes colorectales de sites combinés a augmenté de manière significative dans toutes les tranches d’âge entre les périodes 2000–2002 et 2014–2016. 

Limites

  • Les données utilisées étaient basées sur la population.