CCR : les antécédents familiaux constituent un facteur de risque chez les patients atteints d’une MICI

  • Samadder NJ & al.
  • Clin Gastroenterol Hepatol
  • 26 sept. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) et ayant un parent au premier degré atteint d’un cancer colorectal (CCR) sont près de deux fois plus susceptibles de développer un CCR que les patients sans ces antécédents familiaux.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données concernant l’association entre les antécédents familiaux de CCR chez les patients atteints d’une MICI et le risque global de CCR étaient insuffisantes.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte populationnelle a été menée auprès de 9 505 résidents de l’Utah atteints d’une MICI.
  • Financement : Fondation américaine de la maladie de Crohn et de la colite (Crohn’s and Colitis Foundation of America), Institut national américain du cancer (National Cancer Institute), et autres.

Principaux résultats

  • Un CCR a été diagnostiqué chez 61 patients atteints d’une rectocolite hémorragique (RCH) et 40 patients atteints de la maladie de Crohn (MC) au cours des 84 364 personnes-années de suivi ; 6 d’entre eux avaient un parent au premier degré atteint d’un CCR.
  • Le risque de CCR était significativement plus élevé chez les patients atteints d’une MICI que dans la population générale (rapport standardisé d’incidence [RSI] : 4,3 ; IC à 95 % : 3,5–5,1).
  • Le risque de CCR était le plus élevé en cas de cholangite sclérosante primitive concomitante (CSP ; RSI : 14,8 ; IC à 95 % : 8,3–21,2), puis de RCH (RSI : 5,2 ; IC à 95 % : 3,9–6,6) et de MC (RSI : 3,4 ; IC à 95 % : 2,3–4,4).
  • Le fait d’être de sexe masculin (RR : 2,15 ; P 
  • Le risque de CCR était plus élevé chez les patients atteints d’une MICI et ayant un parent au premier degré atteint d’un CCR que chez ceux n’en ayant pas (rapport de risque intra-cohorte : 1,88 ; IC à 95 % : 0,8–4,3).

Limites

  • Aucune donnée concernant la prise de médicament, le régime alimentaire et la durée de la MICI.