CCR : le traitement ciblé bénéficie aux personnes âgées

  • Li P & al.
  • JAMA Netw Open
  • 5 juin 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans une étude en situation réelle, les traitements ciblés ont été associés à un avantage en termes de survie chez les patients plus âgés atteints d’un carcinome à cellules rénales (CCR) avancé, par rapport aux traitements non ciblés, malgré une plus grande comorbidité des patients et des scores d’invalidité plus élevés.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients plus âgés présentant un indice de performance moins élevé sont sous-représentés dans les essais cliniques sur le cancer.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 1 015 patients (âge moyen : 71,2 ans) atteints d’un CCR à cellules claires de stade IV et ayant reçu un traitement ciblé ou non ciblé entre 2000 et 2013.
  • Financement : Chercheurs et fabricants pharmaceutiques d’Amérique (Pharmaceutical Research and Manufacturers of America).

Principaux résultats

  • Les patients du groupe de traitement ciblé (n = 641) étaient plus âgés et présentaient un indice de comorbidité et des scores d’invalidité plus élevés, par rapport à ceux du groupe de traitement non ciblé (n = 374).
  • La durée de suivi médiane était de huit mois.
  • Le taux de survie spécifique au cancer (SSC) était de 76 % chez les patients ayant reçu un traitement non ciblé et de 62 % chez ceux ayant reçu un traitement ciblé.
  • Dans l’analyse des variables instrumentales, le traitement ciblé, par rapport au traitement non ciblé, a entraîné une amélioration significative en termes de :
    • SG (rapport de risque [RR] : 0,78 ; P = 0,01) et de SSC (RR : 0,77 ; P = 0,02) ;
    • SG à 1 an (44 % contre 36 % ; P = 0,01) et de SSC à 1 an (55 % contre 47 % ; P = 0,02) ;
    • SG à 2 ans (25 % contre 18 % ; P = 0,009) et de SSC à 2 ans (36 % contre 28 % ; P = 0,02) ;
    • SG à 3 ans (15 % contre 10 % ; P = 0,01) et de SSC à 3 ans (25 % contre 18 % ; P = 0,02) ; et
    • un avantage en termes de SG médiane : 3,0 mois (P = 0,01).

Limites

  • Protocole rétrospectif.