CCR : le nivolumab démontre un avantage en termes de SG à long terme, comparativement à l’évérolimus

  • Motzer RJ & al.
  • Cancer
  • 16 juil. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • À long terme, le nivolumab a amélioré de manière significative la survie globale (SG) chez des patients préalablement traités atteints d’un carcinome à cellules rénales (CCR) à cellules claires avancé, comparativement à l’évérolimus.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats confirment que le nivolumab est associé à un bénéfice de SG à long terme dans ce contexte.

Méthodologie

  • L’essai de phase III CheckMate 025 a été mené auprès de 803 patients préalablement traités atteints d’un CCR à cellules claires avancé, affectés de manière aléatoire pour recevoir du nivolumab ou de l’évérolimus.
  • Financement : Bristol-Myers Squibb Company ; ONO Pharmaceutical Company, Ltd.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 72 mois.
  • La SG était significativement plus longue dans le groupe nivolumab (rapport de risque [RR] : 0,73 ; P 
  • La probabilité de SG à 5 ans était de 26 % avec le nivolumab et de 18 % avec l’évérolimus.
  • Une amélioration significative de la survie sans progression (SSP) a été observée avec le nivolumab (RR : 0,84 ; P = 0,0331).
  • Dans le groupe nivolumab, comparativement au groupe évérolimus :
    • Le taux de réponse objective était de 22,9 %, contre 4,1 % (rapport de cotes [RC] : 6,86 ; P 
    • Le délai médian jusqu’à la réponse était de 3,5 mois, contre 3,7 mois.
    • La durée de réponse médiane était de 18,2 mois, contre 14,0 mois.
  • Taux d’événements indésirables liés au traitement avec le nivolumab, comparativement à l’évérolimus :
    • Tous grades confondus : 80,5 %, contre 88,9 %.
    • Grades 3/4 : 21,4 %, contre 36,8 %.
    • La fatigue était l’événement indésirable le plus fréquent (34,7 %, contre 34,5 %).

Limites

  • Essai en ouvert.