CCR : le cabozantinib démontre un bénéfice dans le cadre du cancer non à cellules claires

  • Campbell MT & al.
  • Eur J Cancer
  • 28 oct. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le cabozantinib a démontré une activité chez les patients atteints d’un carcinome à cellules rénales non à cellules claires (CCRncc) métastatique, dont la majorité avait présenté une progression sous traitement de première intention par inhibiteur de la tyrosine kinase du récepteur du facteur de croissance endothéliale vasculaire (Vascular Endothelial Growth Factor Receptor-Tyrosine Kinase Inhibitor, VEGFR-TKI).

Pourquoi est-ce important ?

  • Un bénéfice de survie a déjà été observé dans le cadre du CCRcc métastatique.
  • Ces résultats appellent à une évaluation prospective du cabozantinib dans le traitement du CCRncc.

Protocole de l’étude

  • 30 patients atteints d’un CCRncc ont reçu du cabozantinib entre 2013 et 2017.
  • Financement : Centre de cancérologie MD Anderson (MD Anderson Cancer Center).

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 20,6 mois.
  • 90,0 % des patients avaient reçu au moins un traitement préalable ; 86,7 % avaient reçu un VEGFR-TKI.
  • La SSP médiane était de 8,6 mois (IC à 95 % : 6,1–14,7 mois) et la SG médiane était de 25,4 mois (IC à 95 % : 15,5–35,4 mois).
  • La dose initiale médiane de cabozantinib était de 60 mg/jour.
  • Le taux de réponse objective était de 14,3 % et le taux de contrôle de la maladie était de 78,6 %.
  • Deux patients présentant une histologie papillaire ont obtenu une réponse partielle durable et une maladie stable avec le cabozantinib, après une progression sous savolitinib.
  • 57,1 % des patients ont nécessité une réduction posologique en raison d’une toxicité.
  • Les événements indésirables les plus fréquents incluaient la fatigue, la diarrhée, une réaction cutanée main–pied et les nausées.

Limites

  • Conception rétrospective ; échantillon de petite taille.