CCR : l’association pembrolizumab et axitinib prolonge la survie, comparativement au sunitinib

  • Powles T & et al.
  • Lancet Oncol
  • 23 oct. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un carcinome à cellules rénales (CCR) avancé, un traitement combiné de première intention à base de pembrolizumab et d’axitinib a entraîné une amélioration significative de la survie, comparativement au sunitinib seul, au cours du suivi prolongé de l’essai de phase III KEYNOTE-426.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats appuient l’utilisation de l’association pembrolizumab et axitinib comme traitement de référence dans ce contexte.

Méthodologie

  • L’essai de phase III KEYNOTE-426 a été mené.
  • 861 patients naïfs de traitement atteints d’un CCR avancé ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir l’association pembrolizumab et axitinib ou du sunitinib en monothérapie.
  • Financement : MSD.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 30,6 mois.
  • L’association pembrolizumab et axitinib a prolongé de manière significative la survie, comparativement au sunitinib :
    • Survie globale (SG) médiane : non atteinte, contre 35,7 mois.
      • Rapport de risque (RR) de 0,68 (P = 0,0003).
    • Survie sans progression (SSP) médiane : 15,4 mois, contre 11,1 mois.
      • RR de 0,71 (P 
  • Le taux de réponse objective confirmée était de 60 % avec l’association pembrolizumab et axitinib, contre 40 % avec le sunitinib seul.
  • Les événements indésirables liés au traitement de grade supérieur ou égal à 3 les plus fréquents (survenus chez au moins 10 % des patients), dans le groupe pembrolizumab et axitinib et dans le groupe sunitinib, étaient :
    • l’hypertension : 22,14 %, contre 19,76 % ;
    • l’augmentation du taux d’alanine aminotransférase : 12,58 %, contre 2,58 %.
    • la diarrhée : 10,72 %, contre 5,41 %.
  • Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été observé depuis la publication des résultats intermédiaires.

Limites

  • Étude menée en ouvert.