CCR : l’association nivolumab et ipilimumab continue de présenter un bénéfice lors du suivi prolongé

  • Motzer RJ
  • Lancet Oncol.
  • 16 août 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des données à 32 mois continuent d’appuyer le traitement de première intention par nivolumab et ipilimumab, plutôt que le sunitinib, en termes de survie et de réponse objective dans le cadre du carcinome à cellules rénales (CCR) avancé ; un bénéfice en termes de SSP a également été observé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données à 25 mois, précédemment rapportées ici, ont démontré un bénéfice en termes de SG, mais la SSP n’avait pas atteint le seuil de significativité.
  • Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été rapporté.

Protocole de l’étude

  • Essai de phase III CheckMate 214 : 1 096 patients naïfs de traitement atteints d’un CCR à cellules claires avancé (population en intention de traiter) ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir un traitement par sunitinib, ou un traitement par nivolumab et ipilimumab, suivi de nivolumab en monothérapie.
  • Financement : Bristol-Myers Squibb ; ONO Pharmaceutical.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 32,4 mois.
  • Chez les patients à risque intermédiaire/défavorable (n = 847), l’association nivolumab et ipilimumab a permis d’obtenir une amélioration dans les domaines suivants :
    • SG (médiane : non atteinte, contre 26,6 mois ; rapport de risque [RR] : 0,66 ; P 
    • SSP (RR : 0,77 ; P = 0,0014).
    • Taux de réponse objective (TRO ; 42 % contre 29 % ; P = 0,0001).
  • Dans la population en intention de traiter, l’association nivolumab et ipilimumab a permis d’obtenir une amélioration dans les domaines suivants :
    • SG (médiane : non atteinte, contre 37,9 mois ; RR : 0,71 ; P = 0,0003).
    • SSP (RR : 0,85 ; P = 0,027).
    • TRO (41 % contre 34 % ; P = 0,015).
  • Moins d’événements indésirables de grades 3–4 liés au traitement ont été rapportés avec l’association nivolumab et ipilimumab qu’avec le sunitinib (47 % contre 64 %).
  • Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été rapporté.
  • Huit décès liés au traitement ont été rapportés avec l’association nivolumab et ipilimumab, et quatre avec le sunitinib.

Limites

  • Protocole en ouvert.