CCR : l’association atézolizumab et bévacizumab améliore la survie dans le cadre des tumeurs sarcomatoïdes

  • Rini BI & et al.
  • Eur Urol
  • 9 juil. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association atézolizumab et bévacizumab a permis d’améliorer la réponse et la survie sans progression (SSP) chez des patients naïfs de traitement atteints d’un carcinome à cellules rénales (CCR) métastatique présentant des caractéristiques sarcomatoïdes, comparativement au sunitinib, dans le cadre d’une analyse prédéfinie des sous-groupes de l’essai de phase III IMmotion151.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pronostic des patients atteints d’un CCR sarcomatoïde est défavorable, et cette maladie démontre une réponse limitée à l’inhibition de la voie du facteur de croissance endothéliale vasculaire.

Méthodologie

  • Une analyse prédéfinie de l’essai randomisé de phase III IMmotion151 a été réalisée.
  • 142 patients préalablement non traités, atteints d’un CCR avancé ou métastatique présentant des caractéristiques sarcomatoïdes, ont reçu l’association atézolizumab et bévacizumab (n = 68) ou du sunitinib (n = 74).
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche Ltd ; Genentech Inc.

Principaux résultats

  • Chez les patients présentant des caractéristiques sarcomatoïdes, l’association atézolizumab et bévacizumab, comparativement au sunitinib, a permis d’obtenir une amélioration en termes de :
    • SSP médiane : 8,3 mois, contre 5,3 mois ;
      • rapport de risque (RR) de 0,52 (IC à 95 % : 0,34–0,79).
    • Taux de réponse objective (TRO) : 49 %, contre 14 %.
  • Chez les patients présentant des tumeurs exprimant le ligand 1 de mort programmée avec des caractéristiques sarcomatoïdes, l’association atézolizumab et bévacizumab, comparativement au sunitinib, a permis d’obtenir une amélioration en termes de :
    • SSP médiane : 8,6 mois, contre 5,6 mois ;
      • RR de 0,45 (IC à 95 % : 0,26–0,77).
    • TRO : 56 %, contre 12 %.
  • Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été rapporté.

Limites

  • Échantillon de petite taille.