CCR : l’aspirine et les AINS entraînent une réduction du risque, mais la consommation d’alcool et de viande augmente le risque

  • Chapelle N & al.
  • 28 sept. 2020

  • Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une revue d’ensemble suggère que l’aspirine, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), le magnésium, les folates et une consommation élevée de fruits et de légumes, de fibres et de produits laitiers sont associés à une réduction du risque de cancer colorectal (CCR).
  • La consommation fréquente d’alcool ou de viande est associée à un risque accru de CCR.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats pourraient aider les cliniciens à conseiller les patients et à guider les recherches sur l’effet d’interventions sur la nutrition et sur les compléments ou d’interventions chimiques dans le cadre de la prévention du CCR.

Méthodologie

  • Une revue d’ensemble a été réalisée à partir de 80 méta-analyses ayant inclus des individus à risque intermédiaire.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Des effets protecteurs significatifs (intervalles de tous les risques relatifs) ont été rapportés avec :
    • l’aspirine (six méta-analyses) : 0,71–0,86 ;
    • les AINS (trois méta-analyses) : 0,57–0,74 ;
    • le magnésium (trois méta-analyses) : 0,78–0,87 ;
    • l’acide folique (trois méta-analyses) : 0,85–0,88 ;
    • les produits laitiers (trois méta-analyses) : 0,81–0,87 ;
    • les fibres (cinq méta-analyses) : 0,57–0,94 ;
    • les fruits et les légumes (neuf méta-analyses) : 0,48–1,00.
  • La consommation de viande et d’alcool a significativement augmenté le risque de CCR :
    • Viande (sept méta-analyses) : 1,04–1,25.
    • Alcool (neuf méta-analyses) : 1,03–1,52.
  • Aucune donnée probante n’a été identifiée comme indiquant un effet protecteur du thé, du café, de l’ail, du poisson ou des produits à base de soja.

Limites

  • Une hétérogénéité a été observée entre les études.