CCR : l’arrêt de l’oxaliplatine est possible après un traitement d’induction par mFOLFOX6 et panitumumab

  • Eur J Cancer

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’arrêt de l’oxaliplatine après un traitement d’induction par mFOLFOX6 et panitumumab permet d’obtenir une efficacité similaire, avec une réduction de la neuropathie périphérique, chez les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique (CCRm).

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures ont démontré qu’une réduction intermittente de l’oxaliplatine est faisable, mais peu d’entre elles l’ont évaluée dans le contexte d’un anticorps anti-récepteurs du facteur de croissance épidermique.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II SAPPHIRE a été menée auprès de 113 patients atteints d’un CCRm avec RAS de type sauvage et naïfs de chimiothérapie, ayant terminé 6 cycles (3 mois) de schéma modifié à base de fluorouracile, de leucovorine et d’oxaliplatine (mFOLFOX6) associé à du panitumumab, sans avoir présenté de progression.
  • Les participants ont été affectés de manière aléatoire pour poursuivre le traitement par mFOLFOX6 et panitumumab ou pour recevoir l’association fluorouracile/leucovorine (5-FU/LV) et du panitumumab.
  • Financement : Takeda Pharmaceutical Company Ltd.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 19,6 mois.
  • mFOLFOX6 et panitumumab, contre 5-FU/LV et panitumumab :
    • SSP à 9 mois : 46,4 % (IC à 80 % : 38,1–54,9 %), contre 47,4 % (IC à 80 % : 39,1–55,8 %) ;
    • SSP médiane : 9,1 mois (IC à 95 % : 8,6–11,1), contre 9,3 mois (IC à 95 % : 6,0–13,0 ; RR : 0,93 [IC à 95 % : 0,60–1,43]) ;
    • taux de réponse : 80,4 % (IC à 95 % : 68,0–88,8 %), contre 87,7 % (IC à 95 % : 76,4–94,2 %).
    • La SG et le délai jusqu’à l’échec du traitement étaient similaires entre les deux groupes.
  • L’incidence de la neuropathie périphérique de grade supérieur ou égal à 2 était significativement plus faible dans le groupe sans oxaliplatine (9,3 % contre 35,7 %).

Limites

  • Cette étude n’était pas conçue pour démontrer une non-infériorité.