CCR : l’ADN tumoral circulant s’avère utile dans le cadre de la surveillance des patients

  • JAMA Oncol

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’évaluation longitudinale de l’ADN tumoral circulant (ADNtc) permet la détection précoce d’une rechute et peut être utilisé pour surveiller l’efficacité de la chimiothérapie adjuvante (CTA) chez les patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) de stade I–III.

Pourquoi est-ce important ?

  • La détection précoce de la récidive et la sélection des patients candidats pour la CTA sont des besoins non comblés majeurs.

Protocole de l’étude

  • Une étude prospective et multicentrique a été menée auprès de 125 patients.
  • Des échantillons plasmatiques (n = 829) ont été prélevés avant la chirurgie, 30 jours après la chirurgie et tous les 3 mois pendant un maximum de 3 ans.
  • Financement : Conseil danois pour la recherche indépendante ; Conseil danois pour la recherche stratégique ; Fondation Novo Nordisk ; Société danoise de lutte contre le cancer.

Principaux résultats

  • Taux de récidive de 19,2 % pendant un suivi médian de 12,5 mois.
  • L’ADNtc était décelable avant la chirurgie chez 88,5 % des patients.
  • L’analyse de l’ADNtc a permis de détecter 14 (87,5 %) des 16 rechutes.
  • Les patients positifs pour l’ADNtc étaient 7 fois plus susceptibles de rechuter à 30 jours après la chirurgie, avant l’instauration de la CTA (RRI : 7,2 ; P 
  • Après la CTA, le statut positif pour l’ADNtc était associé à un risque bien plus élevé de récidive (RRI : 17,5 ; P 
  • Après le traitement définitif, les patients positifs pour l’ADNtc étaient bien plus susceptibles de présenter une récidive (RRI : 43,5 ; P 
  • La surveillance systématique de l’ADNtc a révélé des rechutes en moyenne 8,7 mois (intervalle : 0,8–16,5) plus tôt que l’imagerie radiologique standard.
  • L’ADNtc a révélé des mutations exploitables dans 9 des 11 échantillons de test.

Limites

  • Petit échantillon.
  • Étude non randomisée.