CCR incurable : une résection de la tumeur primitive permet une prolongation modeste de la survie

  • Simillis C & al.
  • World J Surg
  • 22 mars 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une résection de la tumeur primitive était associée à une amélioration de la SG et à un taux de complications similaire chez les patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) incurable.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’amélioration modeste de la survie suggère que la résection de la tumeur primitive (RTP) doit être envisagée au cas par cas.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une méta-analyse de 77 études (n = 159 991).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • SG moyenne :
    • tumeur primitive intacte (TPI) sans chimiothérapie : 4,02 mois ;
    • RTP sans chimiothérapie : 7,42 mois ;
    • TPI et chimiothérapie : 14,30 mois ;
    • TPI et chimiothérapie avec bévacizumab : 17,27 mois ;
    • RTP et chimiothérapie : 21,52 mois ;
    • RTP et chimiothérapie avec bévacizumab : 27,52 mois.
  • La RTP était associée à une amélioration de la SG, comparativement à une TPI (différence moyenne [DM] : 7,46 mois [P 
  • La RTP était également associée à une prolongation de la survie spécifique au cancer (RR : 0,44 [P 
  • RTP :
    • taux de mortalité périopératoire de 4,5 % ;
    • taux de morbidité de 22,4 %, comprenant les événements indésirables majeurs (10,2 %), les événements indésirables mineurs (18,5 %), la réintervention (2,5 %) et la collection intra-abdominale/le sepsis (2,2 %).
  • TPI :
    • taux de morbidité de 21,7 %.
  • Chirurgie hors résection :
    • taux de mortalité périopératoire de 10,6 % ; taux de morbidité de 21,7 %.

Limites

  • La plupart des études incluses étaient rétrospectives.