CCR : Conséquences cliniques de la diminution des doses de chimiothérapie chez les patients obèses atteints d’un cancer de stade III

  • Eur J Cancer

  • Par Laurence Rous
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir

  • La survie sans récidive (SSR) diminue lorsque les patients obèses avec une surface corporelle (SC)>2m² atteints de CCR de stade III sont traités par LV5FU2 ou FOLFIRI à dose réduite.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le plafonnement de la dose de chimiothérapie à une surface corporelle de 2m² chez les patients obèses est une pratique courante.
  • Il n’existe pas d’études sur l’impact de cette pratique lors de CCR de stade III.

Conception de l’étude

  • Analyse rétrospective des résultats de l’étude PETACC3 dont l’objectif était la comparaison de la survie globale (SG) et la SSR après traitement par FOLFIRI ou LV5FU2.
  • Séparation des patients obèses (IMC≥30kg/m²) selon que la dose du traitement était ou non réduite lors du 1er cycle de chimiothérapie.
  • Dose réduite définie comme une dose administrée ère chimiothérapie.

Principaux r ésultats

  • Sur les 2049 patients de l’étude, au début du traitement, 280 étaient obèses et 111 avaient en plus une SC>2m².
  • 45 patients obèses (16,1%) et 36 des patients avec une SC>2m² (32,4%) dont 79% étaient des hommes avaient reçu un traitement à dose réduite.
  • La survie globale et la SSR étaient toujours meilleures en l’absence de réduction de dose (courbe de Kaplan-Meier).
  • L’absence de réduction de dose était un facteur indépendant (modèle de Cox) associé à une meilleure SSR (HR=0,48 [IC 95% : 0,27-0,85], p=0,01) et tendait à être un facteur indépendant associé à une meilleure SG (HR=0,53 [IC 95% : 0,28-1,01), p=0,052) chez les patients obèses avec une SC >2m² uniquement.