CCR BRAF+ : une trithérapie offre un bénéfice de SG durant la période d’introduction d’un essai de phase III

  • Van Cutsem E & al.
  • J Clin Oncol
  • 20 mars 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une trithérapie à base de binimétinib, d’encorafénib et de cétuximab a été bien tolérée et a permis d’obtenir une SG médiane de 15,3 mois chez des patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) métastatique positif à la mutation BRAF V600E, après l’échec d’1 ou de 2 traitements antérieurs.

Pourquoi est-ce important ?

  • La survie est généralement de quatre à six mois chez les patients ayant présenté un échec de traitement en première intention.
  • Les auteurs ajoutent que cette association pourrait devenir le traitement de référence si la phase randomisée de l’essai BEACON vient appuyer ces résultats.

Protocole de l’étude

  • Période d’introduction de sécurité d’emploi de l’essai de phase III randomisé et en ouvert BEACON.
  • Les patients ayant présenté 1 ou 2 échecs de traitement antérieurs ont reçu du binimétinib, de l’encorafénib et du cétuximab (n = 30).
  • Financement : Array BioPharma, Merck KGaA, Pierre Fabre Médicament, Ono Pharmaceutical. 

Principaux résultats

  • Cinq patients ont présenté des toxicités limitant la dose.
  • Toxicités : 2 événements de grade 1 (6,7 %), 7 de grade 2 (23,3 %), 16 de grade 3 (53,3 %) et 5 de grade 4 (16,7 %).
  • Les événements indésirables liés au traitement (EIT) comprenaient la diarrhée (77 %), la dermatite acnéiforme (67 %), la fatigue (63 %) et la nausée (63 %).
  • Les EIT de grade 3/4 comprenaient la fatigue (13 %), l’anémie (10 %), l’augmentation du taux d’aspartate transaminase (10 %), l’augmentation du taux de créatine phosphokinase (10 %) et l’infection des voies urinaires (10 %).
  • Les résultats suivants ont été obtenus chez les 29 patients présentant une tumeur avec mutation BRAF V600E confirmée :
    • taux de réponse globale évaluée de manière centralisée de 41 % (IC à 95 % : 23,5–61,1 %) ;
    • SSP médiane évaluée de manière centralisée de 5,5 mois (IC à 95 % : 4,2–9,3) ;
    • SG médiane de 15,3 mois (suivi médian : 18,2).

Limites

  • Étude non randomisée.
  • Population de patients de petite taille.