CCR avancé : le nivolumab démontre un bénéfice, même après une progression de la maladie

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement
À retenir
  • 13 % des patients atteints d’un carcinome à cellules rénales avancé (CCRa) traités après une progression (TAP) par nivolumab présentent ≥ 30% de réduction supplémentaire de la charge tumorale.
  • Une réduction de la charge tumorale a été observée chez les patients ayant initialement répondu, puis ayant vu leur maladie progresser, et chez les patients présentant une maladie stable ou une maladie progressive comme meilleure réponse globale. 
  • Le profil de sécurité d’emploi acceptable a été maintenu.

Pourquoi est-ce important ?

  • En novembre 2015, le nivolumab est devenu le premier inhibiteur de point de contrôle immunitaire autorisé dans le CCRa. 
  • Les immunothérapies sont associées à une poussée tumorale, une augmentation de la charge tumorale ou l’apparition de nouvelles lésions précédant les réponses cliniques.
  • Ceci pourrait être confondu avec une progression de la maladie et entraîner une interruption du traitement.

Conception de l’étude

  • 316 patients atteints d’un CCRa ayant progressé et traités par nivolumab ont été inclus.
  • Financement : Bristol-Myers Squibb et Ono Pharmaceutical Co. Ltd.

Principaux résultats

  • 153 des patients étaient TAP, parmi lesquels 20 ont démontré ≥ 30 % de réduction de la charge tumorale.
  • Une réduction de la charge tumorale ≥ 30 % a été observée chez 28 % des patients présentant une réponse complète ou partielle, 6 % des patients présentant une maladie stable et 14 % des patients présentant une maladie progressive comme meilleure réponse avant la première progression de la maladie.
  • 83 % des patients du groupe TAP et 73 % des patients du groupe non TAP ont présenté un événement indésirable lié au traitement.

Limites

  • La justification du traitement après une progression n’a pas été évaluée.
  • Il se peut que les caractéristiques favorables de la maladie des patients TAP aient engendré une surestimation du bénéfice du traitement après une progression.