CCIS : la dépression a un effet négatif sur les choix thérapeutiques des patientes plus âgées

  • Buscariollo DL & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 8 nov. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La présence de symptômes dépressifs avant le diagnostic est associée à des choix thérapeutiques défavorables chez les patientes plus âgées atteintes d’un carcinome canalaire in situ (CCIS).
  • Une QdV physique plus élevée est associée à des choix thérapeutiques favorables.

Pourquoi est-ce important ?

  • Avant de prendre des décisions thérapeutiques dans le cadre d’un CCIS, les femmes plus âgées présentant des symptômes dépressifs doivent être conseillées ou prévenues que leur dépression est susceptible de troubler leur jugement.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de femmes de 65 ans ou plus (n = 425 atteintes d’un CCIS ; n = 982 atteintes d’un cancer du sein [CS] de stade 1), diagnostiquées entre 1998 et 2011 et issues de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER), a renseigné des questionnaires relatifs à la dépression et à la QdV 24 mois ou moins avant le diagnostic de CS, dans le cadre de l’enquête sur les résultats de santé Medicare (Medicare Health Outcomes Survey).
  • Des associations ont été établies entre la présence d’une dépression avant le diagnostic, la QdV et les choix thérapeutiques (chirurgie conservatrice du sein [CCS] combinée à une radiothérapie [RT], CCS seule ou mastectomie).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Après un ajustement destiné à prendre en compte les caractéristiques des patientes, les patientes atteintes d’un CCIS présentant un risque de trouble dépressif caractérisé (TDC) étaient plus susceptibles de faire l’objet d’une CCS seule (RC ajusté [RCa] : 2,04 ; P = 0,04), comparativement à une CCS combinée à une RT, bien qu’un traitement par CCS combinée à une RT réduise le risque de récidive.
  • Les patientes atteintes d’un CCIS qui ont obtenu de meilleurs scores à la composante physique du questionnaire abrégé à 36 questions (Short Form-36) sur la QdV étaient moins susceptibles de faire l’objet d’une mastectomie, comparativement à un traitement par CCS combinée à une RT (RCa : 0,71 pour chaque augmentation de 10 points ; P = 0,02).
  • Ni le risque de TDC ni la QdV avant le diagnostic n’influençaient les choix thérapeutiques chez les femmes atteintes d’un CS de stade I.

Limites

  • Conception observationnelle et rétrospective de l’étude.