CBPC : la lurbinectedine offre des résultats prometteurs en deuxième intention

  • Lancet Oncol

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La lurbinectedine offre un taux de réponse globale (TRG) prometteur, avec peu d’événements indésirables (EI) graves liés au traitement, lorsqu’elle est administrée en deuxième intention chez des patients atteints d’un cancer bronchique à petites cellules (CBPC), qui disposent actuellement de peu d’options de traitement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un essai randomisé de phase III, portant sur un traitement de deuxième intention par lurbinectedine associée à la doxorubicine dans le cadre du CBPC, est actuellement en cours.

Protocole de l’étude

  • Un essai international multicentrique de phase II a été mené.
  • 105 patients atteints d’un CBPC, chez lesquels la chimiothérapie à base de platine de première intention a échoué, ont reçu de la lurbinectedine.
  • La durée de suivi médiane était de 17,1 mois.
  • Financement : Pharma Mar.

Principaux résultats

  • L’intervalle sans chimiothérapie était inférieur à 30 jours chez 21 % des patients, inférieur à 90 jours chez 43 % des patients, et supérieur ou égal à 90 jours chez 57 % des patients.
  • De manière générale, le TRG était de 35,2 %, et la durée médiane de la réponse était de 5,3 mois.
  • Une réponse partielle a été rapportée chez 35 % des patients, et était plus élevée chez les patients avec un intervalle sans chimiothérapie d’au moins 90 jours (45 % contre 22 %).
  • Une maladie stable a été rapportée chez 33 % des patients, et était plus élevée chez les patients avec un intervalle sans chimiothérapie d’au moins 90 jours (37 % contre 29 %).
  • Une progression de la maladie a été rapportée chez 27 % des patients, et était plus élevée chez les patients ayant un intervalle sans chimiothérapie inférieur à 90 jours (40 % contre 17 %).
  • La survie globale (SG) médiane (9,3 mois) et la survie sans progression (SSP ; 3,5 mois) étaient plus longues chez les patients avec un intervalle sans chimiothérapie d’au moins 90 jours.
  • Des EI graves liés au traitement ont été rapportés chez 10 % des patients.

Limites

  • Essai à groupe unique, mené en ouvert.