CBPC de stade étendu : l’association durvalumab et chimiothérapie prolonge la survie dans un essai de phase III

  • Lancet

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de durvalumab à l’association platine-étoposide, dans le cadre du traitement de première intention du cancer bronchique à petites cellules de stade étendu (CBPC-SE), a permis d’améliorer de manière significative la SG, comparativement à l’association platine-étoposide seule.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement de première intention standard du CBPC-SE est l’étoposide associé au cisplatine ou au carboplatine (platine-étoposide), mais la plupart des patients rechutent dans les six mois suivant la fin du traitement.
  • Cet essai étudie également l’efficacité de l’association durvalumab, trémélimumab et platine-étoposide, comparativement à l’association platine-étoposide seule, et ses résultats seront bientôt disponibles.

Protocole de l’étude

  • Une analyse intermédiaire de l’essai de phase III randomisé, multicentrique, international CASPIAN a été réalisée.
  • Des patients atteints d’un CBPC-SE ont reçu un traitement de première intention à base de durvalumab et de platine-étoposide (n = 268) ou de l’association platine-étoposide seule (n = 269).
  • Financement : AstraZeneca.

Principaux résultats

  • La SG médiane était significativement plus longue avec le durvalumab et l’association platine-étoposide qu’avec l’association platine-étoposide seule (13 mois contre 10,3 mois ; rapport de risque [RR] : 0,73 ; P = 0,0047). Cet effet a été observé dans tous les sous-groupes de patients.
  • La SG post-hoc était de 54 % avec le durvalumab, contre 40 % avec l’association platine-étoposide seule à 12 mois, et de 34 % contre 25 % à 18 mois.
  • Le taux de réponse objective était meilleur avec le durvalumab qu’avec l’association platine-étoposide seule (79 % contre 70 % ; rapport de cotes [RC] : 1,64 ; IC à 95 % : 1,11–2,44).
  • Les événements à médiation immunitaire étaient plus fréquents avec le durvalumab (20 % contre 3 %). L’incidence des autres événements indésirables était similaire entre les groupes.

Limites

  • Essai mené en ouvert.