CBNPC : un IMC élevé améliore la survie avec un traitement par atézolizumab

  • Kichenadasse G & al.
  • JAMA Oncol
  • 26 déc. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un IMC initial élevé est associé à une meilleure SG et SSP chez les patients atteints d’un CBNPC avancé qui reçoivent un traitement par atézolizumab, mais pas chez ceux qui reçoivent un traitement par docétaxel.
  • L’association était la plus forte chez les patients exprimant le ligand 1 de mort cellulaire programmée (Programmed Cell Death Ligand 1, PD-L1).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les futurs essais cliniques portant sur les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire chez les patients atteints d’un CBNPC avancé devraient inclure une stratification selon l’IMC initial.

Protocole de l’étude

  • Données groupées issues de quatre essais cliniques.
  • 2 110 patients atteints d’un CBNPC avancé ont reçu de l’atézolizumab (n = 1 434) ou du docétaxel (n = 676).
  • Financement : Conseil du cancer d’Australie-Méridionale (Cancer Council South Australia) ; autres.

Principaux résultats

  • Dans le groupe atézolizumab, la SG était significativement meilleure chez les patients obèses (rapport de risque [RR] : 0,64 ; IC à 95 % : 0,51–0,81) ou en surpoids (RR : 0,81 ; IC à 95 % : 0,68–0,95), comparativement à ceux qui présentaient un IMC normal.
  • Les patients traités par atézolizumab atteints de tumeurs exprimant PD-L1 présentaient un avantage de survie plus important associé à un IMC plus élevé que ceux atteints de tumeurs n’exprimant pas PD-L1 :
    • Patients en surpoids : RR de 0,73 (IC à 95 % : 0,58–0,91).
    • Patients obèses : RR de 0,48 (IC à 95 % : 0,34–0,66).
  • Une amélioration significative de la SSP a été observée chez les patients ayant un IMC élevé et recevant l’atézolizumab :
    • Patients obèses et en surpoids : RR de 0,88 (P = 0,03).
  • La SSP était la plus élevée chez les patients ayant un IMC élevé et des tumeurs exprimant PD-L1 :
    • Patients en surpoids : RR de 0,86.
    • Patients obèses : RR de 0,78 (P = 0,03).
  • Aucune association significative n’a été observée entre l’IMC et la SSP ou la SG chez les patients recevant le docétaxel.

Limites

  • Étude rétrospective.