CBNPC ROS1 : le lorlatinib obtient des résultats positifs dans le cadre d’un essai de phases I–II

  • Lancet Oncol

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le lorlatinib a obtenu des résultats prometteurs en termes de taux de réponse et de survie sans progression (SSP), chez des patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) ROS1-positif, avec un profil de sécurité d’emploi acceptable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le crizotinib est le seul inhibiteur de la tyrosine kinase (ITK) autorisé pour les patients atteints d’un CBNPC ROS1-positif, mais la résistance au traitement est fréquente.

Protocole de l’étude

  • Un essai international de phases I–II à groupe unique a été mené en ouvert.
  • 69 patients atteints d’un CBNPC ROS1-positif ont reçu du lorlatinib (12 pendant la phase I, 47 pendant la phase II).
  • La durée de suivi médiane était de 21,1 mois.
  • Financement : Pfizer.

Principaux résultats

  • 30 % des patients étaient naïfs de traitement par ITK, 58 % avaient reçu du crizotinib comme seul ITK, et 12 % avaient reçu 1 ITK ROS1 autre que du crizotinib ou au moins 2 ITK ROS1.
  • 57 % des patients présentaient des métastases du système nerveux central (SNC) à l’inclusion.
  • Une réponse objective a été rapportée chez 41 % de l’ensemble de la cohorte de patients, chez 62 % des patients naïfs de traitement par ITK, chez 35 % des patients ayant reçu du crizotinib et chez 45 % des patients présentant des métastases du SNC à l’inclusion.
  • 64 % des patients naïfs de traitement par ITK et 50 % des patients ayant reçu du crizotinib ont présenté une réponse intracrânienne.
  • La durée médiane de la réponse était de 25,3 mois chez les patients naïfs de traitement par ITK et de 13,8 mois chez les patients ayant reçu du crizotinib.
  • La SSP était de 21,0 mois chez les patients naïfs de traitement par ITK et de 8,5 mois chez les patients ayant reçu du crizotinib.
  • 96 % des patients ont présenté au moins 1 événement indésirable (EI), et 7 % ont présenté un EI grave.
  • L’hypertriglycéridémie et l’hypercholestérolémie étaient les EI de grades 3–4 les plus fréquents.

Limites

  • Étude de petite taille.