CBNPC réséqué : l’étude avance un risque de second cancer primitif à 10 ans de 20 %

  • Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le risque cumulé d’un second cancer du poumon primitif (métachrone) est élevé chez les patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) de stade I-III réséqué, en particulier chez ceux faisant l’objet d’une radiothérapie thoracique adjuvante.
  • Les résultats appuient la nécessité de mettre en place un suivi à vie après la chirurgie, dans le cadre d’un CBNPC.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations préconisent des visites de suivi et une TDM régulières après une chirurgie pour un CBNPC, mais aucun consensus relatif à l’intervalle ou à la durée n’existe.

Protocole de l’étude

  • 556 patients atteints d’un CBNPC de stade I-III réséqué ont été inclus.
  • La durée de suivi médiane était de 59 mois.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 16,1 % des patients ont développé un cancer du poumon métachrone, dont 71,4 % sont décédés pendant le suivi.
  • Le délai médian entre la chirurgie et le diagnostic de cancer métachrone était de 47 mois.
  • L’incidence cumulée de cancer du poumon métachrone était de 20,2 % à 10 ans et de 25,2 % à 14 ans.
  • Au cours des 5 premières années suivant la chirurgie, le risque annuel a culminé à l’année 4 (5,8 % ; IC à 95 % : 3,6–8,6 %) et a persisté au-delà de l’année 9.
  • Les facteurs de risque de maladie métachrone comprenaient :
    • le traitement par radiothérapie thoracique postopératoire (risque relatif pour le second cancer du poumon primitif [RRsd] : 2,79 ; P = 0,003) ;
    • l’âge supérieur ou égal à 70 ans (RRsd corrigé : 1,57 ; P = 0,06).

Limites

  • Étude rétrospective.