CBNPC oligométastatique : le pembrolizumab réduit la progression après un traitement local

  • Bauml JM & al.
  • JAMA Oncol
  • 11 juil. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) oligométastatique qui ont reçu du pembrolizumab après un traitement ablatif local (TAL) ont obtenu une survie sans progression (SSP) près de trois fois plus longue que la SSP rapportée dans les études précédentes portant sur le TAL seul.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude est la première à montrer une amélioration des résultats avec une immunothérapie après un TAL dans le cadre du CBNPC oligométastatique.
  • Un essai multicentrique randomisé portant sur le TAL avec/sans pembrolizumab est planifié. 

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’un essai de phase II.
  • 45 patients atteints d’un CBNPC oligométastatique au moment du diagnostic ont reçu du pembrolizumab 4 à 12 semaines après avoir fait l’objet d’un TAL (une chirurgie, une radiochimiothérapie, une radiothérapie stéréotaxique et/ou une ablation interventionnelle).
  • La durée de suivi médiane était de 25,0 mois.
  • Financement : Merck & Co., Inc., Kenilworth, NJ, États-Unis ; Centre de cancérologie Abramson (Abramson Cancer Center).

Principaux résultats

  • La SSP médiane à partir du début du TAL (SSP-T) était significativement plus longue que celle observée dans les études précédemment rapportées (19,1 mois contre 6,6 mois ; P = 0,005).
  • La SSP médiane à partir du début du traitement par pembrolizumab (SSP-P) était de 18,7 mois.
  • Le taux de SG moyen était de 90,9 % à 1 an et de 77,5 % à 2 ans.
  • 23 patients ont présenté une progression de la maladie.
  • Seul un patient a rapporté un événement indésirable de grade 4 (une pneumopathie inflammatoire).
  • Aucune association entre la SSP-T et le statut de PD-L1 ou de CD8 n’a été observée.
  • Aucune diminution de la qualité de vie (QdV) n’a été rapportée.

Limites

  • Étude monocentrique à groupe unique.