CBNPC non-opérable : toxicité, contrôle loco-régional et survie lors de radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI) accélérée

  • Radiat Oncol

  • Par Fabienne Peretz
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir

  • Le bon contrôle loco‐régional avec une faible toxicité après traitement par RCMI accélérée.
  • Les résultats prometteurs de l’hypofractionnement modéré.
  • La nécessité de confirmer ces résultats lors d’un essai clinique prospectif.

Pourquoi est-ce important ?

  • La survie des patients atteints d’un cancer du poumon avancé non résécable est médiocre.
  • L’escalade de dose par rapport au traitement de référence associant RT (60-66 Gy pendant 6 semaines) et sels de platine n’améliore pas leur devenir

Conception de l’étude

  • Novembre 2011 et août 2016
  • 73 patients atteints d’un CBNPC non-opérable (stades I-II, III, IV : 8, 57, et 8, respectivement) consécutivement traités par RCMI accélérée, soit en boost intégré (SMART : 59 patients ; 30 fractions, 2,2 ou 1,8 Gy, 6 semaines +/- chimiothérapie), soit avec hypofractionnement modéré (HRT : 14 patients ; 24 fractions, 2,75 Gy, 4 semaines sans chimiothérapie).
  • Recueil d’information : toxicités aigües œsophagiennes et pulmonaires, contrôle loco‐régional, survie globale.

Principaux r ésultats

  • Durée médiane de suivi : 44 mois ; dose totale administrée : 66 Gy maximum.
  • Pas de différence de toxicité aiguë entre les groupes (p=0,2) ; 1 cas de pneumonie de grade 4 était rapporté dans le groupe SMART.
  • Les taux de contrôle loco-régional à 1, 2, et 4 ans étaient respectivement de 76% [intervalle de confiance à 95% : 66-87%], 62% [49-77%], 55% [41-75%], sans différence significative entre les groupes (p=0,26).
  • La survie globale médiane était de 27 mois et les taux de survie à 1, 2, et 4 ans de 72% [63-83%], 54% [43-68%], 29% [19-45%], sans différence significative entre les groupes (p=0,6).

Limites

  • Etude rétrospective, sous-estimation possible de la toxicité.