CBNPC : le pembrolizumab permet d’obtenir une amélioration de la QdV liée à la santé

  • Lancet Oncol

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients naïfs de traitement atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) non épidermoïde de stade IV, qui ont reçu l’association pembrolizumab et chimiothérapie à base de pémétrexed-platine, ont rapporté une meilleure qualité de vie (QdV) liée à la santé que ceux recevant l’association chimiothérapie et placebo, dans le cadre de cet essai de phase III.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats rapportés par les patients appuient des résultats antérieurs indiquant que l’ajout de pembrolizumab à la chimiothérapie standard engendre de meilleurs résultats que le placebo.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase III multicentrique, randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo KEYNOTE-189 a été mené.
  • 616 patients atteints d’un CBNPC de stade IV non préalablement traité ont reçu l’association pémétrexed-platine avec du pembrolizumab (n = 410) ou avec un placebo (n = 206).
  • La durée de suivi médiane était de 10,5 mois.
  • Financement : Merck Sharp & Dohme.

Principaux résultats

  • Les variations de l’état de santé global (ESG)/la QdV à 12 semaines étaient minimales dans les 2 groupes.
  • À 21 semaines, l’ESG/la QdV s’étaient améliorés, comparativement à l’inclusion, avec le pembrolizumab, mais ils avaient diminué avec le placebo (+1,3 contre -4,0 points ; P = 0,014).
  • Les patients du groupe pembrolizumab ont présenté un délai médian plus long jusqu’à la détérioration de la toux, des douleurs thoraciques ou de la dyspnée, comparativement à ceux du groupe placebo, bien que la différence ne soit pas significative :
    • non atteint, contre 7,0 mois avec le placebo ;
    • rapport de risque (RR) de 0,81 (P = 0,16).

Limites

  • Suivi à court terme.