CBNPC : le ganétespib s’avère décevant dans le cadre d’un traitement de rattrapage

  • Pillai RN & al.
  • J Clin Oncol
  • 12 déc. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de ganétespib au docétaxel n’apporte aucun bénéfice de survie, chez des patients précédemment traités atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avancé, comparativement au docétaxel seul.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des résultats de phase II ont suggéré un potentiel bénéfice de survie avec l’association ganétespib et docétaxel chez les patients atteints d’un adénocarcinome pulmonaire.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase III GALAXY-2, randomisée et internationale, a été menée.
  • 672 patients précédemment traités, présentant un diagnostic d’adénocarcinome pulmonaire de stade IIIB–IV depuis au moins 6 mois avant l’inclusion dans l’essai, ont reçu l’association ganétespib et docétaxel (n = 335) ou du docétaxel seul (n = 337).
  • La durée de suivi médiane était de 15 mois.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • L’ajout de ganétespib n’a pas permis de prolonger la survie globale (SG ; 10,9 mois, contre 10,5 mois ; rapport de risque [RR] : 1,11 ; P = 0,329) ou la survie sans progression (SSP) médiane (4,2 mois, contre 4,3 mois ; RR : 1,16 ; P = 0,117), comparativement au docétaxel seul.
  • La réponse tumorale et la durée de la réponse étaient similaires entre les deux groupes.
  • Les événements indésirables (EI) totaux et de grade supérieur ou égal à 3 étaient plus fréquents dans le groupe traitement combiné (52,7 % contre 38,9 %, et 82,5 % contre 77,2 %, respectivement).

Limites

  • Les objectifs primaires et secondaires n’ont pas été atteints.