CBNPC : la résistance aux ITK affecte-t-elle l’efficacité de la radiothérapie ?

  • Zhao L & al.
  • Radiat Oncol
  • 31 déc. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SSP intracrânienne ou de la SG après une radiothérapie du cerveau entier (RTCE) pour des métastases cérébrales dans le cadre du CBNPC avec ou sans résistance aux inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) du récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR).
  • Cependant, dans un sous-groupe de patients présentant un score à l’Évaluation pronostique graduée des marqueurs moléculaires pour le cancer du poumon (Lung Cancer Using Molecular Markers Graded Prognostic Assessment, Lung-molGPA) de 2,5–4, ceux qui présentaient une résistance aux ITK ont obtenu de moins bons résultats de SSP intracrânienne et de SG, comparativement aux patients naïfs d’ITK.

Pourquoi est-ce important ?

  • On ne sait pas si la résistance aux ITK de l’EGFR affecte l’efficacité de la RTCE chez les patients atteints d’un CBNPC associé à des métastases cérébrales.

Protocole de l’étude

  • 344 patients atteints d’un CBNPC avec mutation de l’EGFR et métastases cérébrales multiples, naïfs d’ITK (n = 207) ou résistants aux ITK (n = 137), ont été évalués.
  • Financement : Bureau des sciences et de la technologie de Wenzhou.

Principaux résultats

  • 57,8 % des patients présentaient un score Lung-molGPA de 0–2.
  • 42,2 % présentaient un score de 2,5–4.
  • Dans l’ensemble, aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SSP et la SG médianes entre les groupes de patients naïfs d’ITK et résistants aux ITK.
  • Chez les patients présentant un score Lung-molGPA de 2,5–4, les patients naïfs d’ITK, comparativement aux patients résistants aux ITK, ont obtenu les résultats suivants : 
    • SSP intracrânienne médiane significativement plus longue (12,8 mois contre 10,1 ; P = 0,014).
    • SG médiane significativement plus longue (23,3 mois contre 15,3 ; P = 0,005).
  • Ces résultats suggèrent qu’une RTCE avant le traitement par ITK est associée à un bénéfice.

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.