CBNPC : la radiothérapie stéréotaxique du corps à dose unique génère de bons résultats à long terme

  • Nicosia L & al.
  • Sci Rep
  • 29 oct. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie stéréotaxique du corps (RTSC) avec une dose unique de 30 Gy a permis d’obtenir de bons résultats à long terme pour la survie globale (SG), la survie sans progression (SSP) et le contrôle local, avec peu d’événements indésirables (EI), chez des patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) inopérable de stade précoce.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures portant sur une dose unique de 30 Gy de RTSC ont produit des résultats prometteurs, mais les données à long terme étaient insuffisantes.

Protocole de l’étude

  • 44 patients atteints d’un CBNPC inopérable de stade précoce ont fait l’objet d’une RTSC avec une dose unique de 30 Gy.
  • La durée de suivi médiane était de 34 mois.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 32,5 % des patients ont développé une progression locale et/ou à distance ; la mortalité globale était de 45,4 %.
  • La SG médiane était de 48 mois, et le taux de SG était de 64,9 % à 3 ans et de 36,9 % à 5 ans.
  • La survie spécifique au cancer médiane n’a pas été atteinte, et le taux de survie spécifique au cancer était de 80,9 % à 3 ans et de 65,5 % à 5 ans.
  • La SSP locale était de 87,8 % à 3 et 5 ans.
  • La SSP médiane n’a pas été atteinte, et le taux de SSP était de 65,5 % à 3 ans et de 56,7 % à 5 ans.
  • L’analyse multivariée a révélé qu’un diamètre de la lésion inférieur ou égal à 25 mm était associé à une amélioration de la SSP locale (rapport de risque [RR] : 0,29 ; P = 0,005) et de la SSP globale (RR : 0,5 ; P = 0,004).
  • 15,9 % des patients ont présenté une pneumopathie inflammatoire de grade 2, 4,6 % une pneumopathie inflammatoire de grade 3, et 2,3 % une œsophagite de grade 2.

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.