CBNPC : la majorité des personnes âgées de 90 ans et plus ne reçoivent pas de traitement

  • Yang CJ & al.
  • Ann Thorac Surg
  • 12 nov. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Plus de la moitié des patients âgés de 90 ans et plus atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) ne reçoivent pas de traitement, bien que le traitement, en particulier la chirurgie et la radiothérapie stéréotaxique du corps (RTSC), offre une amélioration significative de la survie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude à se concentrer spécifiquement sur le CBNPC chez des patients âgés de 90 ans et plus.

Protocole de l’étude

  • 1 393 073 patients atteints d’un CBNPC, diagnostiqués entre 2004 et 2014 et issus de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database), ont été identifiés, dont 7 205 (0,5 %) avaient 90 ans ou plus.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 57,6 % des patients n’ont reçu aucun traitement.
  • Le score de morbidité, la taille de la tumeur, la présence de métastases et un traitement dans un centre universitaire/de recherche étaient des indicateurs associés de manière indépendante à l’administration d’un traitement.
  • Les traitements comprenaient une radiothérapie seule (23,4 %), une radiochimiothérapie (4,0 %), une RTSC (5,3 %), une chirurgie (3,7 %) et une chimiothérapie (6,0 %).
  • Dans l’ensemble de la cohorte, la survie globale (SG) était de 4,9 % à 5 ans, et l’administration d’un traitement était associée de manière significative à une amélioration de la SG (rapport de risque [RR] : 0,53 ; P 
  • Le bénéfice de SG médian le plus important était associé à l’intervention chirurgicale pour les stades I et II (40,5 mois contre 10,0 mois, et 32,6 mois contre 4,5 mois, respectivement), et à la RTSC pour les stades III et IV (11,2 mois contre 2,3 mois, et 8,1 mois contre 1,5 mois, respectivement), comparativement à l’absence de traitement.

Limites

  • Étude rétrospective.