CBNPC : la fréquence des cellules souches cancéreuses pourrait être liée au risque de rechute dans le cadre des tumeurs de stade IIIA

  • Masciale V & al.
  • Stem Cells Transl Med

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • On pense que les cellules souches cancéreuses (CSC), avec leur potentiel prolifératif illimité et leur capacité à s’auto-régénérer, pourraient favoriser la récidive tumorale.
  • Bien qu’il n’y ait aucune association globale entre la fréquence des CSC et le risque de rechute dans le cadre du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC), une association accrue entre les deux a été observée dans un sous-groupe, celui de stade IIIA.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une fréquence plus élevée des CSC pourrait être utilisée comme facteur pronostique dans le cadre du CBNPC de stade IIIA.
  • La fréquence des CSC pourrait expliquer pourquoi les patients atteints d’un CBNPC sans atteinte ganglionnaire qui ont fait l’objet d’une résection complète présentent un risque de récidive.

Méthodologie

  • Une cohorte prospective de patients atteints d’un CBNPC (n = 35) de stade pathologique I–IIIA et de ses 2 principaux types histologiques (adénocarcinome et carcinome épidermoïde du poumon), a été constituée pour analyser l’influence de la fréquence des CSC sur le taux de rechute.
  • La fréquence des CSC a été évaluée de manière quantitative dans les tissus biopsiés par analyse cytofluorimétrique à l’aide du biomarqueur aldéhyde déshydrogénase.
  • Les résultats sont rapportés sous forme de rapport de risque (RR) associé à une augmentation de 1 % de la fréquence des CSC.
  • Financement : Hôpital universitaire de Modène (Italie) ; Myriad Inc. ; autres.

Principaux résultats

  • Aucune relation n’a été identifiée entre la fréquence des CSC à tous les stades et pour tous les types histologiques étudiés et le risque de rechute (RR : 1,05 ; intervalle de confiance [IC] à 95 % : 0,85–1,30).
  • L’analyse des sous-groupes a révélé que chaque augmentation de 1 % des CSC était associée à une augmentation de 26 % du risque de rechute chez les patients atteints d’une tumeur de stade IIIA (RR : 1,26 ; IC à 95 % : 1,14–1,39).

Limites

  • Il s’agit d’une méthodologie observationnelle.