CBNPC : la chirurgie ne doit pas être exclue chez les patients âgés

  • Im Y & al.
  • Respir Res
  • 4 juil. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre du CBNPC, la résection chirurgicale est efficace et sûre chez les patients âgés présentant une bonne fonction pulmonaire, entraînant un taux de complication pulmonaire postopératoire (CPP) de seulement 10 %.
  • Des facteurs tels que l’indice de performance, l’indice de masse corporelle (IMC), la présence d’une anomalie pulmonaire interstitielle (API) sur la tomodensitométrie (TDM) thoracique et l’étendue de la résection requise pourraient être utilisés pour évaluer l’éligibilité des patients à la chirurgie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un âge supérieur à 70 ans n’était pas un facteur de risque de CPP dans cette étude, ce qui suggère que les patients âgés ne doivent pas être considérés comme de mauvais candidats à la chirurgie uniquement en raison de leur âge.

Protocole de l’étude

  • 488 patients de plus de 70 ans ayant obtenu des résultats de spirométrie normaux ont fait l’objet d’une résection pour un CBNPC de stade IA–IIB.
  • Financement : Fondation nationale coréenne pour la recherche.

Principaux résultats

  • 10,7 % des patients ont développé des CPP, le plus souvent une fuite d’air prolongée (42,3 %) et un syndrome de détresse respiratoire aiguë (34,6 %).
  • La mortalité toutes causes confondues était plus élevée chez les patients présentant des CPP que chez les patients sans complications à 30 jours (1,9 % contre 0 % ; P = 0,031), à 90 jours (5,8 % contre 0,23 % ; P = 0,016) et à 180 jours (7,7 % contre 0,69 % ; P = 0,008).
  • À l’analyse multivariée, les facteurs de risque indépendants de CPP comprenaient la classification supérieure ou égale à 3 selon la Société américaine des anesthésistes (American Society of Anesthesiologists ; rapport de cotes corrigé [RCc] : 1,91 ; P = 0,014), la présence d’une API (RCc : 1,91 ; P = 0,004) et la réalisation d’une pneumonectomie ou d’une bilobectomie (RCc : 4,46 ; P = 0,006).
    • Un IMC faible avait un effet protecteur (RCc : 0,86 ; P = 0,004).

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.