CBNPC : l’erlotinib à faible dose montre un bénéfice chez les patients plus âgés fragiles

  • Miyamoto S & al.
  • JAMA Oncol
  • 14 mai 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’erlotinib à faible dose est sûr et efficace pour les patients plus âgés, fragiles, présentant un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) à récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) positif.

Pourquoi est-ce important ?

  • Peu de données sont disponibles sur l’efficacité ou la posologie idéale des inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) de l’EGFR dans cette population de patients atteints d’un CBNPC.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase II, multicentrique et à groupe unique a été mené.
  • 80 patients appartenant à 3 cohortes d’âge, présentant une fragilité et un CBNPC à EGFR positif, ont reçu de l’erlotinib à faible dose (50 mg) pendant 4 semaines.
  • La durée de suivi médiane était de 28,7 mois.
  • Financement : Agence japonaise de recherche et de développement dans le domaine médical.

Principaux résultats

  • Le taux de réponse objective global pendant l’étude était de : 62,5 % (IC à 90 % : 52,7–71,6 %).
    • Le taux de contrôle de la maladie était de 86,3 % (IC à 90 % : 78,3–92,1 %).
  • Au moment du suivi :
    • La survie sans progression (SSP) médiane était de : 9,3 mois (IC à 95 % : 7,2–11,4).
    • La survie globale (SG) médiane était de : 26,2 mois (IC à 95 % : 21,9–30,4).
  • 73 patients ont arrêté le traitement en raison d’une progression de la maladie, d’un décès, d’événements indésirables (EI) ou à leur propre demande.
  • Une SSP inférieure était significativement associée (rapport de risque [RR] corrigé) à :
    • un indice de performance supérieur ou égal à 2 : 1,98 (P = 0,009) ; 
    • un indice de comorbidité de Charlson (pas de correction en fonction de l’âge) supérieur ou égal à 2 : 1,98 (P = 0,01).
  • Une SG inférieure était significativement associée à :
    • un indice de performance supérieur ou égal à 2 : RR corrigé de 1,83 (P = 0,04).
  • Par rapport aux cohortes plus jeunes, les patients âgés de 80 ans ou plus étaient plus susceptibles d’obtenir une réponse complète/partielle : rapport de cotes (RC) de 1,88 (P = 0,04).
  • Des EI de grade supérieur ou égal à 3 ont été rapportés chez 14 patients.

Limites

  • L’échantillon étudié était hétérogène.