CBNPC : l’association paclitaxel hebdomadaire et bévacizumab permet d’obtenir une amélioration de la SSP

  • Cortot AB & al.
  • Eur J Cancer
  • 7 avr. 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) non épidermoïde avancé, qui ont reçu du paclitaxel hebdomadaire et du bévacizumab (PACh-BEV) dans le cadre d’un traitement de deuxième ou troisième intention, ont obtenu une amélioration de la survie sans progression (SSP) et du taux de réponse objective (TRO), comparativement à ceux qui ont reçu du docétaxel, dans le cadre de cet essai de phase III.

Pourquoi est-ce important ?

  • En association avec du paclitaxel hebdomadaire, le bévacizumab, qui est autorisé aux États-Unis et en Europe pour le traitement de première intention par chimiothérapie du CBNPC non épidermoïde, a permis d’obtenir des résultats positifs chez les patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique.

Protocole de l’étude

  • Un essai clinique de phase III, randomisé, multicentrique et à deux groupes a été mené en ouvert.
  • 166 patients atteints d’un CBNPC non épidermoïde avancé préalablement traité ont reçu l’association PACh-BEV (n = 111) ou du docétaxel (n = 55).
  • Financement : Roche.

Principaux résultats

  • Une amélioration significative de la SSP a été observée avec l’association PACh-BEV (5,4 mois, contre 3,9 mois ; rapport de risque [RR] corrigé : 0,61 ; P = 0,005).
  • Les patients ayant préalablement reçu moins de cycles de bévacizumab ont obtenu un bénéfice de SSP plus important avec l’association PACh-BEV.
  • À 8 semaines, le TRO était significativement plus élevé avec l’association PACh-BEV (22,5 %, contre 5,5 % ; P = 0,006).
  • Aucune différence significative n’a été observée en termes de SG entre les groupes après un suivi médian de 36,2 mois.
  • Le taux d’événements indésirables liés au traitement de grades 3–4 était similaire entre les groupes (45,9 % avec l’association PACh-BEV, contre 54,5 % avec le docétaxel).
  • Cependant, les événements indésirables liés au traitement de tous grades étaient plus fréquents avec l’association PACh-BEV (98,2 %, contre 90,2 %).

Limites

  • Le groupe docétaxel incluait un plus grand nombre de patients plus âgés et de personnes n’ayant jamais fumé.