CBNPC : l’association du pémétrexed et du bévacizumab en traitement d’entretien ne présente aucun bénéfice

  • Ramalingam SS & al.
  • J Clin Oncol
  • 30 juil. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association en traitement d’entretien du pémétrexed et du bévacizumab a augmenté la toxicité sans aucun bénéfice de survie, comparativement à chacun des deux médicaments seuls, chez les patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) non épidermoïde avancé.
  • Un traitement d’entretien par agent unique était l’option optimale dans cet essai randomisé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations nationales préconisent un traitement d’entretien par pémétrexed, par bévacizumab ou par une association de ces deux médicaments, cette dernière recommandation étant basée sur des recherches antérieures suggérant un bénéfice de SSP.

Protocole de l’étude

  • L’essai multicentrique de phase III ECOG-ACRIN 5508 a été mené.
  • 874 patients atteints d’un CBNPC non épidermoïde avancé et n’ayant pas présenté de progression après une chimiothérapie d’association de première intention ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir un traitement d’entretien par pémétrexed (n = 294), par bévacizumab (n = 287) ou par une association des deux (n = 293).
  • La durée de suivi médiane était de 50,6 mois.
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SG médiane entre le pémétrexed et le bévacizumab (15,9 mois contre 14,4 mois ; P = 0,12), ou entre le traitement d’association et le bévacizumab (16,4 mois contre 14,14 mois ; P = 0,28).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SSP médiane entre le pémétrexed et le bévacizumab (5,1 mois contre 4,2 mois ; P = 0,06) ou, après une analyse multivariée, entre le traitement d’association et le bévacizumab (7,5 mois contre 4,2 mois ; P = 0,22).
  • Le groupe d’association a présenté un taux de toxicité de grades 3–5 plus élevé, comparativement au bévacizumab et au pémétrexed (51 %, contre 30 %, contre 38 %).

Limites

  • Aucune incluse.