CBNPC : l’ajout d’un médicament anti-angiogénique à des ITK de l’EGFR engendre une meilleure SSP

  • JNCI Cancer Spectr

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) du récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) associés à un médicament anti-angiogénique ont nettement amélioré la survie sans progression (SSP) des patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avec mutation de l’EGFR, par rapport aux ITK de l’EGFR seuls, bien que l’incidence d’événements indésirables (EI) de grade supérieur ou égal à 3 ait été significativement supérieure.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures comparant le traitement combiné à la monothérapie ont donné des résultats contradictoires.

Méthodologie

  • Une revue systématique et une méta-analyse ont été réalisées à partir de cinq essais contrôlés randomisés (ECR) impliquant des ITK de l’EGFR seuls ou associés à un médicament anti-angiogénique chez des patients atteints d’un CBNPC avancé.
  • Une méta-analyse en réseau (MAR) a été réalisée à partir de 10 ECR portant sur les ITK de l’EGFR de première génération seuls, par rapport à un traitement expérimental (ITK de l’EGFR de première génération associés à un médicament anti-angiogénique, ITK de l’EGFR de première génération associés à une chimiothérapie, ou ITK de l’EGFR de deuxième ou troisième génération seuls), chez des patients atteints d’un CBNPC avancé.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Le traitement combiné était associé à une SSP significativement supérieure, par rapport aux ITK de l’EGFR seuls (rapport de risque [RR] combiné : 0,59 ; IC à 95 % : 0,51–0,69), mais aucune différence n’a été observée en matière de survie globale (SG).
  • La SSP médiane était de :
    • 17,8 mois (IC à 95 % : 16,5–19,3) pour le traitement combiné ;
    • 11,7 mois (IC à 95 % : 11,1–12,7) pour les ITK de l’EGFR seuls.
  • Le traitement combiné a été associé à un taux significativement plus élevé d’EI de grade supérieur ou égal à 3 que la monothérapie :
    • Risque relatif de 1,72 (IC à 95 % : 1,43–2,06).
  • La MAR a révélé que tous les traitements expérimentaux ont amélioré la SSP, par rapport aux ITK de l’EFGR de première génération seuls.
  • Aucune différence n’a été observée en matière de SSP entre les trois thérapies expérimentales.

Limites

  • Aucune incluse.