CBNPC épidermoïde avancé : l’ajout d’ipilimumab au nivolumab s’avère décevant

  • Gettinger SN & al.
  • JAMA Oncol

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’ipilimumab au nivolumab dans le cadre du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) épidermoïde (E) avancé et prétraité, naïf d’immunothérapie, n’offre aucun bénéfice de survie, comparativement au nivolumab seul.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les chercheurs s’attendaient à observer une augmentation de la survie avec le traitement combiné, d’après les résultats précoces des essais cliniques et les performances du traitement dans le cadre du mélanome avancé et des patients atteints d’un CBNPC avancé ayant présenté une progression de la maladie après une chimiothérapie.

Méthodologie

  • L’essai clinique de phase III, randomisé et multicentrique Lung-MAP a été mené en ouvert.
  • 252 patients atteints d’un CBNPC-E avancé, prétraité et naïf d’immunothérapie ont reçu l’association nivolumab et ipilimumab (n = 125) ou du nivolumab seul (n = 127).
  • La durée de suivi médiane était de 29,5 mois.
  • Financement : Fondation pour les Instituts nationaux américains de la santé (Foundation for the National Institutes of Health [NIH]).

Principaux résultats

  • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes au niveau de la survie globale (SG) médiane (rapport de risque [RR] : 0,87 ; P = 0,34).
    • Survie médiane : 10 mois avec le traitement combiné, contre 11 mois avec la monothérapie.
    • Avec le traitement combiné, le taux de SG à 1 an était de 45 % et le taux de SG à 2 ans était de 28 %.
    • Avec la monothérapie, ces taux étaient de 44 % et 22 %, respectivement.
  • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes au niveau de la survie sans progression (SSP) médiane (RR : 0,80 ; P = 0,09).
    • SSP médiane : 3,8 mois avec le traitement combiné, contre 2,9 mois avec la monothérapie.
    • Avec le traitement combiné, le taux de SSP à 1 an était de 17 % et le taux de SSP à 2 ans était de 12 %.
    • Avec la monothérapie, ces taux étaient de 10 % et 5 %, respectivement.
  • Le taux de réponse objective était de 18 % avec le traitement combiné et de 17 % avec la monothérapie.
  • Les événements indésirables graves étaient similaires entre les groupes.

Limites

  • L’étude a été interrompue après qu’une première analyse intermédiaire a démontré une futilité.