CBNPC EGFR+ : l’ajout d’un traitement ciblé à la CTA prolonge la survie

  • Lung Cancer
  • 1 août 2019

  • Par Craig Hicks
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) du récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) à la chimiothérapie adjuvante (CTA) peut prolonger la SG et la SSM chez les patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) réséqué avec mutation de l’EGFR.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement optimal du CBNPC réséqué demeure controversé.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 11 essais cliniques impliquant un traitement par ITK-EGFR après la résection du CBNPC (N = 1 152), en calculant les rapports de cotes (RC) combinés pour la SSM et la SG.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; Programme clé de recherche et de développement du Shandong, Chine.

Principaux résultats

  • Un traitement adjuvant par ITK-EGFR avec ou sans chimiothérapie prolongeait la SG (RC : 0,63 ; P = 0,004 [hétérogénéité élevée : I2 = 61 % ; P = 0,008]) et la SSM (RC : 0,56 ; IC à 95 % : 0,43–0,72 ; P 2 = 37 % ; P = 0,10]), comparativement à l’absence d’ITK-EGFR (placebo/CTA).
    • Lors de la sous-analyse, les ITK-EGFR en monothérapie prolongeaient la SSM (RC : 0,67 ; P = 0,04 [I2 = 0 % ; P = 0,56]), mais pas la SG (P = 0,30), comparativement à la chimiothérapie seule.
  • L’ajout d’ITK-EGFR à la CTA prolongeait de manière significative la SSM (RC : 0,48 ; P 2 = 15 % ; P = 0,29]) et la SG (RC : 0,50 ; P = 0,003 [I2 = 57 % ; P = 0,05]), comparativement à la chimiothérapie seule.
  • Le traitement par ITK-EGFR était associé à une réduction du nombre d’événements indésirables graves, comparativement à la chimiothérapie (RC : 0,22 ; P 2 = 22 % ; P = 0,28]).

Limites

  • Peu d’études comparent les ITK-EGFR en monothérapie à la chimiothérapie.
  • Le bénéfice de SG était principalement dû aux résultats de deux études incluant uniquement des patients de stade III.