CBNPC : des marges indéterminées sont associées à une survie globale moins favorable

  • Raman V & al.
  • J Thorac Cardiovasc Surg
  • 30 sept. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients présentant des marges indéterminées à la suite de la résection chirurgicale d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) ont obtenu une survie globale (SG) moins favorable, comparativement à ceux ayant des marges négatives, malgré l’administration d’un traitement adjuvant.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients atteints d’un CBNPC chirurgical qui présentent des marges indéterminées peuvent ne pas être de bons candidats pour un traitement adjuvant, compte tenu de sa forte toxicité et de l’absence de bénéfice de SG chez ces patients.

Protocole de l’étude

  • 232 986 patients atteints d’un CBNPC de stade I, issus de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database), ont fait l’objet d’une résection chirurgicale.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 0,31 % des patients présentaient des marges indéterminées.
  • Une résection anatomique était associée de manière indépendante à une réduction du risque de marges indéterminées (rapport de risque [RR] pour la segmentectomie : 0,48 [P 
  • Le taux de SG à 5 ans était de 34 % chez les patients présentant des marges indéterminées, contre 56 % chez les patients présentant des marges négatives (RR : 1,53 ; P 
  • Des marges indéterminées étaient associées à une SG moins favorable chez les patients atteints d’une maladie de stade I (RR : 1,66 ; P 
  • Chez les patients présentant des marges indéterminées, 62 % n’ont reçu aucun traitement adjuvant, 17 % ont reçu une chimiothérapie adjuvante, 6 % ont fait l’objet d’une radiothérapie adjuvante, et 15 % ont fait l’objet d’une radiochimiothérapie adjuvante.
  • Une analyse multivariée a révélé que les patients présentant des marges indéterminées présentaient une SG moins favorable que les patients présentant des marges négatives, qu’ils aient reçu un traitement adjuvant (RR : 1,51 ; P 

Limites

  • Étude rétrospective.