CBNPC avec métastases cérébrales : l’anlotinib offre un bénéfice de survie

  • Jiang S & al.
  • Oncologist
  • 20 févr. 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’anlotinib est associé à un délai jusqu’à la progression dans le cerveau (Time to Brain Progression, TTBP) nettement meilleur, comparativement au placebo.
  • La survie sans progression (SSP) et la survie globale (SG) sont également similaires entre les patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avancé avec et sans métastases cérébrales (MC) au moment du diagnostic.

Pourquoi est-ce important ?

  • Jusqu’à 30 % des patients atteints d’un CBNPC présentent également des MC au moment du diagnostic initial.

Protocole de l’étude

  • Une analyse post-hoc de l’essai randomisé de phase III ALTER a été réalisée.
  • 437 patients atteints d’un CBNPC avancé ont reçu de l’anlotinib (n = 294) ou un placebo (n = 143).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 97 patients présentaient des MC à l’inclusion.
  • L’anlotinib était associé à :
    • une SSP plus longue chez les patients présentant des MC : rapport de risque (RR) de 0,29 (IC à 95 % : 0,15–0,56) ;
    • une amélioration de la SG chez ces patients : RR de 0,72 ; IC à 95 % : 0,42–1,12.
    • Ces taux étaient similaires à la SSP et à la SG obtenues chez les patients sans MC.
  • Chez les patients présentant des lésions cérébrales cibles (n = 14), le taux de réponse intracrânienne objective était de 14,3 %, et le taux de contrôle de la maladie était de 85,7 %.
  • L’analyse multivariée a révélé que l’anlotinib était associé à une amélioration du TTBP : RR de 0,11 (P = 0,001).
  • L’anlotinib était associé un taux plus élevé de toxicités neurales (18,4 % contre 8,4 % ; P = 0,007) et de symptômes psychologiques (49,3 % contre 35,7 % ; P = 0,008), comparativement au placebo.

Limites

  • Faible nombre de patients présentant des MC à l’inclusion.