CBNPC avancé : une méta-analyse révèle que les EI liés au système immunitaire prédisent l’efficacité des IPCI

  • Zhang Q & al.
  • Cancer Chemother Pharmacol

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon une méta-analyse, l’émergence d’événements indésirables liés au système immunitaire (EISI) a été associée à une amélioration de l’efficacité des inhibiteurs de point de contrôle immunitaire (IPCI) dans le cadre du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • La relation entre les EISI et l’amélioration de l’efficacité des IPCI (inhibiteurs de la protéine 1 de mort cellulaire programmée ou du ligand 1 de mort cellulaire programmée) fait actuellement débat.
  • Bien que les IPCI stimulent les cellules immunitaires de l’organisme pour attaquer la tumeur, ils pourraient également favoriser l’attaque des organes sains par le système immunitaire.

Méthodologie

  • Une méta-analyse de 24 études (de cohortes prospectives ou rétrospectives) a été réalisée après une recherche dans les bases de données PubMed et Embase.
  • Critères d’évaluation principaux : la survie sans progression (SSP) et la survie globale (SG).
  • Financement : Programme majeur de la Fondation pour le développement des Techniques et des Sciences médicales de Nanjing.

Principaux résultats

  • Comparativement aux EI non liés au système immunitaire, l’émergence d’EISI a été associée à une meilleure efficacité des IPCI :
    • SSP : rapport de risque (RR) de 0,55 ; P < 0,001.
    • SG : RR de 0,74 ; P < 0,001.
  • L’analyse de sous-groupes révèle une amélioration de la SSP avec :
    • l’émergence d’EISI endocriniens : RR de 0,59 ; P < 0,001 ;
    • l’émergence d’ESI gastro-intestinaux : RR de 0,62 ; P < 0,001 ;
    • la présence de lésions cutanées : RR de 0,56 ; P < 0,001 ;
    • l’émergence d’EISI de faible grade : RR de 0,53 ; P = 0,01 ;
    • L’émergence d’EISI de grade sévère : RR de 0,76 ; P = 0,003.
    • EISI hépatobiliaires, pulmonaires : non significatifs.
  • L’analyse de sous-groupes révèle une amélioration de la SG avec :
    • l’émergence d’EISI endocriniens : RR de 0,50 ; P < 0,001 ;
    • l’émergence d’EISI gastro-intestinaux : RR de 0,61 ; P < 0,001 ;
    • la présence de lésions cutanées : RR de 0,53 ; P < 0,001 ;
    • l’émergence d’EISI de faible grade : RR de 0,70 ; P = 0,045.
    • EISI hépatobiliaires, pulmonaires : non significatifs.

Limites

  • La plupart des études incluses étaient des études de cohortes rétrospectives.
  • Le nombre de patients n’a pas été indiqué.