CBNPC avancé : la FDA autorise l’atézolizumab en association avec une chimiothérapie


  • Kelli Whitlock Burton
  • Oncology drug update
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration, FDA) a autorisé l’atézolizumab en association avec du paclitaxel dans une formulation de nanoparticules liées à l’albumine (nab-paclitaxel) et du carboplatine, dans le cadre du traitement de première intention des adultes atteints d’un CBNPC métastatique, sans mutation du récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) ou de la kinase du lymphome anaplasique (Anaplastic Lymphoma Kinase, ALK).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’atézolizumab a d’abord été autorisé en 2016 chez les patients atteints d’un CBNPC qui avaient présenté une progression de la maladie après un traitement par chimiothérapie à base de platine, puis en 2018 dans le cadre du traitement de première intention du CBNPC avancé en association avec du bévacizumab, du paclitaxel et du carboplatine.
  • Les informations de l’Agence européenne des médicaments (European Medicines Agency, EMA) sur les indications de l’atézolizumab, y compris le CBNPC, sont disponibles ici.

Points clés

  • La dose recommandée est de 1 200 mg/20 ml (60 mg/ml) par perfusion intraveineuse toutes les 3 semaines.
  • Cette autorisation s’appuie sur les résultats de l’étude IMpower130, un essai de phase III multicentrique, randomisé et mené en ouvert.
    • 681 patients ont reçu de l’atézolizumab, du nab-paclitaxel et du carboplatine, puis de l’atézolizumab en monothérapie, ou bien du nab-paclitaxel et du carboplatine, suivis d’un traitement d’entretien par pémétrexed (groupe témoin).
    • La SSP médiane était de 7,2 mois avec l’atézolizumab, contre 6,5 mois dans le groupe témoin (rapport de risque [RR] : 0,75 ; P = 0,0024).
    • La SG médiane était de 18,6 mois avec l’atézolizumab, contre 13,9 mois dans le groupe témoin (RR : 0,80 ; P = 0,0384).
  • Les événements indésirables les plus fréquents, en cas d’administration en association avec d’autres médicaments antinéoplasiques à des patients atteints d’un CBNPC et d’un CBPC, étaient les suivants : fatigue/asthénie, nausées, alopécie, constipation, diarrhée et perte d’appétit.

Pour consulter le résumé des caractéristiques du produit, veuillez cliquer ici.