Carcinosarcome de l’endomètre : la chirurgie mini-invasive réduit la durée de l’intervention et les complications

  • Pedra Nobre S & al.
  • Int J Gynecol Cancer
  • 20 juil. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Comparativement à une approche ouverte, la chirurgie mini-invasive est associée à des résultats oncologiques similaires, à un séjour à l’hôpital et à une durée d’intervention plus courts chez les patientes atteintes d’un carcinosarcome de l’endomètre de stade I.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’étude LAP2 a démontré la sécurité d’emploi et la faisabilité d’une chirurgie mini-invasive dans le cadre du cancer de l’endomètre, sans compromis sur les résultats oncologiques, mais seulement 1,6 % des patientes incluses étaient atteintes d’un carcinosarcome.

Méthodologie

  • 147 patientes atteintes d’un carcinosarcome de l’endomètre nouvellement diagnostiqué ont fait l’objet d’une chirurgie primaire entre 2009 et 2018.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH)/Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • 25 % des patientes ont fait l’objet d’une chirurgie ouverte et 75 % d’une chirurgie mini-invasive.
  • La durée de suivi médiane était de 30 mois.
  • Les patientes du groupe de la chirurgie mini-invasive ont été associées à un séjour à l’hôpital plus court, une durée d’intervention plus courte et à moins de complications postopératoires :
    • Durée médiane du séjour à l’hôpital : 4 jours, contre 1 jour (P 
    • Durée médiane de l’intervention : 156 minutes, contre 191,5 minutes (P = 0,04).
    • Complications postopératoires : 8 %, contre 46 % (P 
  • Aucune différence significative n’a été observée en termes de :
    • taux de réadmission (P = 0,06) ;
    • survie sans progression (SSP) à 2 ans (P = 0,7) ;
    • survie globale (SG) à 2 ans (P = 0,8).

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.